Fermer
Les impacts sociaux de la mode (série mode, partie 2/3)

Les impacts sociaux de la mode (série mode, partie 2/3)

Dans ce deuxième article sur les impacts écologiques de la mode, nous nous focalisons sur les impacts sur les humains: salaires bas, conditions de travail, impacts sur la santé… La justice sociale est mise à mal par nos tee-shirts à bas prix et nos envies incessantes de renouveler notre garde-robe !

Pour lire le premier article de cette série sur la mode :

Des salaires plus bas que les salaires vitaux

Derrière un tee-shirt neuf à bas prix, se cache toujours un ouvrier mal payé. Le salaire minimum (équivalent de notre SMIC) défini par différents pays s’avère souvent insuffisant pour combler les besoins de base des travailleurs: se loger, se nourrir, se soigner, se déplacer. Les ouvriers ne perçoivent pas de salaire vital, c’est à dire le salaire qu’il leur faudrait pour subvenir décemment à ces besoins.

Pour comparaison entre salaires du textile en Asie et salaires français (les chiffres datent de 2015):

  • en France, le salaire mensuel minimum est à 1161€ alors que le salaire vital est de 1424
  • au Vietnam / Cambodge, le salaire mensuel minimum est à 182$ alors que le salaire vital est de 473$
  • au Bangladesh, le salaire mensuel minimum est à 95$ alors que le salaire vital est de 404$

Imaginez les conditions de vie avec de tels salaires !

Source: We Dress Fair

ASTUCE N°1 / Arrêter de courir après des vêtements pas chers (et acheter moins de vêtements neufs…).

Surexploitation et conditions de travail indécentes

L’industrie textile, mondialisée, met en concurrence les entreprises pour qu’elles produisent à moindre coût, en particulier dans les pays d’Asie (mais aussi en Éthiopie, notamment). Il en résulte, pour les ouvriers du textile, des conditions de travail particulièrement dures: horaires à rallonge, absence de protection sociale et syndicale, locaux parfois insalubres ou mettant en danger la vie des travailleurs.

ASTUCE N°2 / Des organismes visant l’amélioration des conditions de travail existent, comme la Fairwear foundation. Pour tout achat de vêtement neuf, surtout produit en Asie, privilégier les entreprises adhérant à cet organisme (ou alors, acheter moins de vêtements neufs…).

Culture toxique du coton

Non seulement la culture du coton nécessite d’énormes quantités d’eau, mais l’usage des pesticides est à la fois nocif pour les travailleurs et pour l’environnement. Tout cela pour que nous ayons un énième tee-shirt dans notre placard.

ASTUCE N°3 / Préférer le coton biologique (avec label GOTS), ou choisir des matières alternatives comme le lin, le chanvre, les fibres recyclées, les matières synthétiques non dérivées du pétrole (viscose, TencelTM).

L’autre solution est de se contenter de ce que l’on a déjà dans son dressing !

Teintures et traitements chimiques dangereux pour la santé

Les produits chimiques et colorants utilisés lors de l’étape de la teinture sont non seulement toxiques pour les ouvriers du textile et les personnes qui les manipulent, mais aussi pour l’environnement (pollution des eaux et de la chaine alimentaire notamment).

Il n’y a pas que la teinture ! Les traitements spéciaux apportent leur lot de pollutions et impacts nocifs sur la santé. Par exemple, la technique du sablage pour délaver les jeans expose les ouvriers à la poussière de silice qui peut entrainer une maladie incurable des poumons, la silicose. Cette maladie peut évoluer en cancer.

ASTUCE N°4 / Choisir des vêtements teints à partir de végétaux (pas évident !). Se référer aux labels (Écolabel européen, standard 100 d’OEKO-TEX) pour éviter les substances toxiques sur les textiles en produit fini. Préférer les jeans bruts non délavés, non vieillis.

Encore une fois, la meilleure solution est de se contenter de ce que l’on a déjà dans son dressing ou de se vêtir en seconde main !

Crédit photo: Photo de Marita Kavelashvili sur Unsplash

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.